LE TEMPS EST MALLÉABLE

Bonjour,
Intrigué par les travaux d’un scientifique russe, Nicolaï Kozyrev, je me suis mis à chercher et à lire toutes les informations concernant ses travaux…
C’est très intéressant et aussi très complexe et un point particulier a retenu mon attention.
Dans ses expérimentations, il a conçu une machine qui lui permet de mesurer le temps et il y a là deux points, l’un fixe  » l’effet  » et l’un mobile  » la cause « , je ne fais que le citer !
Ce qu’il affirme ensuite est la phrase suivante :  » Le temps est mince autour de la cause et dense autour de l’effet ! », je ne saisis l’ampleur de cette phrase et cependant une réflexion s’impose à moi.
La minceur et la densité du temps sont deux états quantitatifs du temps et au niveau de la cause le temps est mince donc plus petit et il devient plus dense, plus gros, plus épais au niveau de l’effet…
Prenons l’exemple d’un accident, la cause est brutale et brève, les effets sont beaucoup plus longs et durables, je me demande si cette proposition est reliée aux travaux de Kozyrev ?
Je n’ai pas de réponse et le seul fait d’y réfléchir me semble intéressant car j’ai déjà constaté que notre perception du temps peut varier : un spectacle ennuyant nous parait long et un spectacle intéressant nous parait court, même si les deux durent une heure par exemple…
Je vous propose à votre tour de surveiller dans votre vie de tous les jours si le temps est parfois  » malléable « …

Jacques

LA BÉNÉDICTION . . .

Bonjour,
Voici un mot qui est souvent considéré comme un acte religieux, comme si la bénédiction ne pouvait venir que du prêtre, donc de Dieu !
Il y a aussi la bénédiction du père de famille qui est plus du ressort de la famille que de la religion et dans la marine il est courant de bénir ou de baptiser un navire avec une bouteille de champagne…
Selon ses origines latines, bene ( bien ) et dicere ( dire ), une bénédiction est une façon de dire du bien de quelqu’un ou de quelque chose.
Il s’agit là d’une forme de gratitude, de remerciement et il nous est tout à fait possible de récupérer cette action pour notre compte personnel.
Nous pouvons bénir notre repas, nous pouvons bénir notre corps et nous pouvons aussi bénir notre mental – j’entends les sarcasmes – et je les bénis !
Nous voyons trop souvent hélas, des personnes qui sont dans la dévalorisation, dans le rejet de soi, dans la culpabilité, dans la honte et parfois le dégout de soi…
La seule façon de changer, et cela est tout à fait possible, est de changer nos pensées de malédiction en bénédiction :
– si nous pensons du bien de nous, nous penserons aussi du bien des autres et les relations seront plus cordiales, plus amicales.
– si nous pensons du bien de notre corps, il sera plus en forme et nous retirerons les bénéfices.
– si nous pensons du bien de notre mental, il saura nous être fidèle et nous accompagner dans la joie vers le bonheur.

Jacques

LE BON FONCTIONNEMENT DU CORPS

Bonjour,
Voilà déjà un certain nombre d’années que je partage mes connaissances médicales avec les clients qui me consultent et avec les lecteurs qui me lisent et si il y a une seule chose à laquelle il faut prêter attention, c’est bien le problème de l’eau…
Dans un premier temps la protéger et ne pas la gaspiller car l’Or bleu coute plus cher que l’essence !
Pour que notre corps fonctionne de façon satisfaisante nous avons besoin d’un apport d’eau avec régularité et constance.
Je suis stupéfait du nombre de personnes qui ne boivent pas du tout d’eau, pensant la trouver dans le café, le vin, la bière ou les boissons gazeuses…
Certaines personnes reconnaissent consommer 2 à 3 verres d’eau par jour, c’est encore insuffisant.
Je ne suis pas partisan d’imposer une quantité d’eau fixe pour tout le monde car celle-ci peut varier selon les individus.

Une bonne règle serait de considérer qu’au lever le matin il est bon de boire un verre d’eau au réveil puis un autre avant le petit déjeuner.
Un verre dans la matinée est utile puis un autre avant le repas de midi.
Un verre dans l’après-midi et un autre avant le repas du soir, ce qui nous amène à 6 verres, ce qui est un minimum car il faut tenir compte du poids de la personne, des conditions de travail et de la température.
Plus il y a d’activité physique, plus il faut augmenter la quantité d’eau que vous absorbez…

Alors, buvez de l’eau et à votre santé !

Jacques

MÉMOIRE OU MÉMOIRES ? ?

Bonjour,
La mémoire est une faculté intellectuelle qui consiste à enregistrer des pensées, des paroles ou des actes et à les restituer au moment voulu.
Nous avons tous une mémoire (son absence est l’amnésie ) et nous l’utilisons à des degrés variables.
C’est comme un muscle, elle se développe en faisant des exercices de façon quotidienne, la lecture, les jeux, les casses-têtes (puzzle en anglais) sont un formidable outil de développement de la mémoire.
Tout à fait différent, est le concept de ce que nous appelons les mémoires : il s’agit de ce que nous avons enregistré dans notre conscient, dans notre subconscient, dans notre inconscient et dans notre corps…
Oui, le corps a non seulement une mémoire, mais des mémoires physiques, olfactives, auditives, visuelles, gustatives et aussi émotionnelles.
Ce qui veut dire qu’une odeur, un son, un gout, une vision ou un toucher peut réactiver des mémoires anciennes, avec comme exemple la madeleine de Proust, l’odeur de la tarte au pommes et tout ce que nous pouvons imaginer !
Ceci est concept important car beaucoup de ces mémoires sont cachées dans le subconscient ou même dans l’inconscient.

Et qu’arrive-t-il quand ces mémoires refont surface ?

Voilà justement ce qui est important : les mémoires positives nous font du bien et nous réjouissent alors que les mémoires négatives peuvent nous inquiéter au point de nous rendre malades…

Il suffit alors de les reconnaître pour ce qu’elles sont, de les accepter et de les laisser disparaître dans le ciel, dans la terre ou dans l’eau !…

Jacques

SORTIR DE PRISON . . .

Bonjour,
Sortir de prison ne concerne pas que les criminels de droit commun, beaucoup d’entre nous aimeraient sortir de prison et ils ne le peuvent pas pour une simple bonne raison :  » Ils ne savent pas qu’ils sont en prison  » !
Je ne sais pas si toutes les personnes sont en prison, ce que je sais, c’est qu’il y en a beaucoup et ce dont je suis sur, c’est que je fais partie de cette catégorie.
Mon avantage est que je le sais parce que j’en suis devenu conscient…
Dans notre imaginaire la prison a des barreaux aux fenêtres, ce qui empêche de s’enfuir mais aussi de voir ce qui se passe à l’extérieur : La réalité…
Notre prison c’est notre complexe corps-mental, nos limitations physiques sont ce que nous nous interdisons de faire (parce que je n’ose pas, je ne le mérite pas. j’ai peur, j’ai honte et toutes les fausses croyances que nous avons de nous-même ).
Les barreaux de nos fenêtres ce sont toutes les pensées et les émotions négatives qui tournent en boucle dans notre mental infatigable, et ces pensées et ces émotions n’existent que dans notre mental, ce ne sont que des illusions…

Pour sortir de notre propre prison auto-créée, il nous suffit donc de changer notre attitude physique et d’aller au-delà des ruminations intellectuelles acquises pendant notre éducation, dressage serait sans doute un meilleur terme ou domestication (voir les Quatre accords toltèques dans un de mes articles antérieurs.

Ouvrons la cage et laissons sortir la vraie personne que nous sommes !

Jacques

RÉALITÉ VIRTUELLE

Bonjour,
Nous vivons dans une époque ou la technologie s’approprie des concepts en pensant innover.
C’est le cas de la réalité virtuelle ou l’ordinateur, grâce à des lunettes spéciales et des écouteurs branchés sur nos oreilles nous fait découvrir une réalité qui est construite par la technologie et qui est dite virtuelle.
Or nous avons déjà ce concept d’une réalité qui n’existe pas, il s’agit de l’Égo, en effet celui-ci est une construction mentale créée par les psychiatres pour nous faire croire que l’égo existe et que celui-ci est leur objet de travail.
Vous pouvez chercher dans toute la nature, l’égo ne pousse pas sur les arbres, il n’a aucune existence en dehors des structures mentales qui elles aussi sont virtuelles, et ceci est la bonne nouvelle :
Si l’égo existait, nous serions bien embarrassés avec cette réalité irréelle, inexistante et c’est d’ailleurs ce qui perturbe les personnes qui croient en cette farce comme Freud savait les construire.
Bien sur, il y a des gens qui fonctionnent presque exclusivement avec leur « égo » et cela ne prouve en rien son existence, Don Quichotte attaquait des « géants » qui n’étaient rien d’autre que des moulins à vent !
Je sais que mes propos vont déclencher des doutes et des sarcasmes car bien sur la majorité des patients et des thérapeutes vivent sous l’emprise de ce faux « Moi » avec tous les inconvénients que cela suppose…
Un travail sur soi, à l’intérieur, permet de découvrir la réalité au-delà du conditionnement ou de la domestication mentale généralisée….
Jacques

LA PAGE BLANCHE

Bonjour,
J’écoutais une écrivain qui parlait de  » la page blanche  » devant laquelle il se trouvait lorsque l’inspiration n’était pas au rendez-vous…
Une idée m’est alors venue que je vous livre ici même.
Notre vie peut être comparée à un livre qui commence à la première page et qui finit à la dernière, la vie, la mort sont les deux extrémités de notre parcours terrestre dans un corps physique et c’est la période durant laquelle nous « écrivons » notre histoire.
C’est donc à chaque instant, à chaque jour que nous créons notre réalité, que l’inspiration nous guide et nous éclaire pour avancer dans la vie et notre « inspiration » nous vient de notre âme.
Chaque matin nous écrivons sur notre page blanche, tout ce que notre mental, aidé de notre mémoire ou plutôt de nos mémoires, de nos rêves, de nos expériences passées récentes aussi bien que lointaines, nous permet de composer, de créer, même quand nous croyons que nous n’avons pas « le choix », c’est un vrai choix d’avoir cette croyance !
Alors, dorénavant je vous propose de démarrer toutes vos journées avec la ferme détermination que vous êtes en contrôle de votre destinée, il n’y a pas de fatalité, il n’y a que des fatalistes…
C’est bien à vous qu’il appartient de faire de votre vie un enfer ou un paradis, souvenez-vous que le paradis n’est pas un lieu, c’est un état de conscience, de votre conscience, alors décidez de choisir le bonheur plutôt que le malheur et vous serez exaucés,

Jacques

LA TOUR EIFFEL . . .

Bonjour,

Avant d’écrire un article, je laisse venir mon inspiration pour trouver le contenu, puis j’ai besoin d’un titre avant de rentrer dans le vif du sujet…
Quelle ne fut pas ma surprise lorsque celui-ci est arrivé ce matin : la tour Eiffel, et puis je me suis dit que cela était correct !
Il y a 12 ans je suis allé pour la première fois de ma vie, visiter la tour Eiffel !
Une longue file d’attente sous les pieds de la tour, impressionnante et gracieuse à la fois, et une sensation de grandeur écrasante.
Puis l’ascension commence par les ascenseurs, premier étage, deuxième étage, suivi d’une ascension verticale vers le troisième et dernier étage…324 mètres au-dessus du sol, et le premier regard vers l’extérieur nous offre la vue d’un Paris tout petit, minuscule, une vue presque à l’infini à la faveur de la nuit, souffle coupé, yeux émerveillés, une sensation tout à fait opposée à celle ressentie pedant la longue attente…

Et voilà que cette visite ressemble beaucoup au cheminement que l’on accompli dans une démarche de guérison, au début cela semble long et insurmontable, puis quand la transition est faite, tout semble simple et merveilleux, la sensation de sentir que notre corps a retrouvé sa santé naturelle est aussi agréable que la vue de Paris du haut de la tour Eiffel.
Bien sur si un jour vous avez la chance de la visiter, ne vous en privez pas, c’est un spectacle magnifique après avoir attendu bien longtemps dans la file…

Jacques

L ‘ ALCHIMISTE

Bonjour,
Vous avez sans doute entendu parler des alchimistes qui sont à la recherche de la Pierre philosophale qui leur permettrait de changer le plomb en or et du même coup de devenir riches…
Il s’agit bien là d’une version à sensation attribuée au Moyen-Âge, aux écrivains et aux cinéastes fantasmatiques.
Le but de l’alchimie est de transformer effectivement le  » plomb « (c’est-à-dire vous ou moi !) en  » Or « …
Nous sommes du plomb quand nous sommes lourds, pollués par nos émotions, nos croyances, nos craintes et nos peurs et la transformation  » Alchimique  » va nous permettre de dépasser nos limitations, et de redevenir les êtres de lumière pour notre plus grand bien, pour celui de notre entourage et de l’humanité toute entière, nous serons passés du stade du plomb à celui de l’or.
C’est le but de notre vie et en parlant franc, ce n’est pas tout simple, cela peut prendre du temps et de gros efforts pour redécouvrir notre cœur et les trésors d’Amour qui sont cachés au plus profond de nous.
Symboliquement, l’Or, ce métal brillant et précieux est dissimulé sous des couches épaisses d’émotions (qu’elles soient positives ou négatives !) et notre « tâche » est précisément de nous libérer de toutes nos émotions excessives pour atteindre l’Équanimité…
L’équanimité est une qualité que nous pouvons atteindre par la méditation, le contrôle du mental et la réalisation que nous ne devons pas nous laisser déborder par nos émotions.
Quand cet état est atteint et vécu au quotidien, la réaction alchimique a transformé le Plomb en Or…

Jacques

LE MÉTIER DE SCULPTEUR . . .

Bonjour,
Je vous livre un petit article pour vous aider à réfléchir :
Le métier de sculpteur consiste à prendre un marteau et un burin pour casser la pierre et en faire une statue, un oeuvre d’art !
J’ai entendu souvent les sculpteurs affirmer que la statue est déjà à l’intérieur du bloc de pierre et que leur art consiste à le dégager de sa gangue minérale qui l’emprisonne…
Je trouve que cette affirmation est très belle et qu’elle peut symboliquement s’appliquer à un autre travail.
Nous avons tous sur cette terre le désir et le devoir de tracer notre chemin en participant activement à notre développement extérieur, dans nos familles et dans la société et parallèlement obtenir la paix et le bonheur dans notre cœur…

Le développement extérieur passe par l’éducation, l’école, nos parents, la société et tous les organismes qui nous dispensent des cours et des enseignements théoriques ou pratiques. C’est une lourde charge et un fardeau difficile à porter dans une société compétitive basée de façon principale sur le profit.

À l’inverse, notre déploiement intérieur, la recherche du sens de notre vie vers la quête du vrai Moi, ne peut se faire que par nous-même et en nous-même à la façon du sculpteur : en enlevant des couches de conditionnement, en brisant notre conditionnement social et notre servitude.
Nous devons désapprendre, découvrir et dévoiler notre plein potentiel, sortir du carcan que nous avons fabriqué nous-même afin de faire surgir de la matière brute la beauté de notre être de lumière…

Jacques