LA SOLITUDE

Bonjour,

Quelle ne fut ma surprise en apprenant que la solitude des personnes est en grande expansion depuis l’arrivée des réseaux sociaux, il semble que les nombreux  » amis virtuels  » ne remplacent pas les amis humains et que bien au contraire ils font grimper le nombre de personnes qui souffrent de solitude . Je savais déjà que l’intelligence artificielle n’est pas de l’intelligence, et je n’en étais pas surpris, mais apprendre que les « amis de réseaux  » ne sont pas des amis qui apportent bien-être, réconfort, chaleur humaine, amitié, complicité et plus si affinité a été une surprise pour moi. Bien sur je ne pouvais pas le deviner car je ne suis pas dans la culture des réseaux et je n’ai donc pas d’amis électroniques ( J’écris ce blogue et j’utilise le courrier électronique ), je n’existe donc pas dans les réseaux, ce qui ne m’empêche pas de payer des impôts ! Les réseaux dits sociaux, seraient donc une fuite de la réalité (?), si tel est votre cas je vous propose aimablement, ou amicalement de mettre en pause vos différents écrans, gadgets, tablettes, téléphones dits  » smarts  » et de vous créer de vrais amis, car vivre sans amis n’est pas vivre, nous avons des yeux pour regarder, des oreilles pour écouter, des mains pour toucher et une bouche pour parler sans oublier le nez capable de sentir toutes les odeurs bonnes ou mauvaises et c’est au travers de ces cinq sens que nous aurons de vrais amis . . . C’est cela, la VIE !. . .

Jacques

La Mort Fine

Bonjour,

Hélas, ce n’est pas un jeu de mots, c’est un appel à la prudence car je constate malheureusement que certains médecins utilisent trop souvent la prescription de dérivés de la morphine en première intention. C’est justement après avoir vue en consultation une jeune femme qui avait reçu une ordonnance de ces dérivés pour des douleurs de l’épaule. En discutant avec cette personne, j’ai appris qu’elle n’avait pas été informée des inconvénients de ce type de médicaments et je crois qu’il est important d’informer toutes les personnes concernées des conséquences possibles. Le premier risque est le développement d’une « Accoutumance », c’est-à-dire le fait que le corps s’habitue à la posologie et qu’il soit nécessaire d’augmenter les doses ou que le patient de lui-même, pour son confort soit tenté de prendre plus de comprimés que ce qui lui avait été indiqué. L’autre danger est  » l’Assuétude » qui consiste en une dépendance très fréquente avec ce genre de drogues. Soulager une douleur n’est pas suffisant si la cause de la douleur n’est pas identifiée, sachant que la douleur ressentie par une personne est un signal envoyé par le cerveau pour exprimer l’existence d’une souffrance physique, mentale ou émotionnelle. Je peux comprendre le contexte des services d’urgences, débordés par la demande, mais cela n’explique pas la  » facilité  » d’inscrire en première intention, un médicament aussi dommageable pour la personne. Je rappelle la règle d’Hippocrate :  » Primum, non noscere ! » ce qui veut dire : « Avant tout, ne pas nuire  » . . .

Jacques

FLORENT PAGNY

Bonjour,

Voici un chanteur qui vit ce qu’il chante et que je considère comme un exemple de probité et d’honnêteté et il défend élégamment sa liberté de penser, ce que toute personne devrait défendre dans un monde formaté par des technologies de l’information parfois modifiée ou déformée. Son dernier album ( Aime la vie ) contient une chanson que je trouve très pertinente, elle s’appelle :  » Si une chanson . . . » Je veux vous donner le gout de l’écouter en vous offrant quelques miettes de sa belle composition qui rejoint le propos de bien vivre en santé :  » Si une chanson a le pouvoir de faire oublier une seconde, la douleur, alors il faut chanter !  » . . . .  » Chanter de toutes ses forces, chanter de tout son cœur, chanter de tout son corps  » . . . Chanter consiste à émettre des vibrations qui prennent naissance dans notre diaphragme pour se transmettre aux poumons et fleurissent entre nos lèvres, et ces vibrations nous font du bien ainsi qu’à ceux qui nous entendent ! De ce fait je vous engage à chanter pour vous et pour les autres et si tout le monde chante il n’y aura plus de place pour ceux qui libèrent du venin en  » crachant des mots assassins « , des mots qui tuent .

 » Si une chanson peut ramener l’espoir et la paix, alors il faut chanter, alors il faut chanter ! « 

Jacques

MOURIR EN PAIX

Bonjour,

Une vie bien remplie se termine le plus souvent dans le calme et la sérénité avec le sentiment du devoir accompli, c’est ce que l’on appelle  » mourir de sa belle mort « , dans son sommeil ou entouré de sa famille à un âge avancé ! Certaines personnes ne voient pas les choses de cette façon, à cause bien sur de la peur de la mort, de l’inconnu et je peux comprendre cela jusqu’à un certain point, cependant, il me semble important de souligner que la peur ou la lutte n’ont jamais amélioré une situation ou un comportement et surtout qu’avoir peur de mourir n’a jamais empêché personne de mourir. Mourir fait partie de la vie, c’est ainsi qu’elle se termine, c’est la dernière page de notre livre ! c’est la conclusion de notre expérimentation de ce qu’est la vie humaine et avec une bonne préparation nous pouvons facilement mourir en paix. Comment mourir en paix ? voilà que vous commencez à y penser et c’est très bien car en fait cela est très simple, il vous suffit de vous entrainer chaque soir de tous ces jours qui vous restent à vivre . . . Avant de vous coucher, chaque soir faites le bilan de votre journée, sans jugement et dites vous que vous venez de passer la journée que vous deviez passer, puis couchez vous  » comme si  » vous alliez mourir en paix et si vous ne vous réveillez pas, vous ne le saurez pas et si vous vous réveillez, c’est que vous n’êtes pas mort . . . Jacques

LE BUT DE LA VIE

Bonjour,

Le but de la VIE est tout simplement de vivre, or il semble que ceci ne soit pas exactement ce que beaucoup de personnes ont compris. Il se trouve que de trop nombreuses personnes souffrent toute leur vie durant, d’un lieu commun qui consiste à dire qu’ils n’ont pas choisi de vivre ! Pourtant, chaque personne est le fruit d’un acte d’amour offert par une maman et un papa, le cadeau de la vie, l’opportunité de découvrir la vie sur terre, d’en apprécier les bons et les mauvais côtés et d’apprendre toutes les leçons qui nous sont offertes par la grande école de la vie. La vie commence dans le ventre de la maman, nourri, logé, chauffé et aimé, le paradis, puis arrive la première étape, l’accouchement qui est l’épreuve la plus dure que nous aurons à vivre de toute notre existence, certains ne s’en remettront jamais et se lamenteront jour après jour, incapables qu’ils sont de se pardonner d’avoir fait ce choix. Pour les autres, la vie de bébé est un apprentissage fabuleux, puis la petite enfance dans les jupons de la maman et quelques années pour découvrir le papa avant de rencontrer les amis, les copains, l’école et ses professeurs et enfin la rencontre d’une femme pour permettre à ce nouveau couple de donner la vie à leur tour à d’autres enfants. Quand toutes les leçons ont été apprises et comprises viendra le temps de faire le bilan et de quitter cette vie dans la plus grande paix. ! Jacques

ERRARE HUMANUM EST

Bonjour,

Souvent traduit par  » L’erreur est humaine ! « , cette phrase latine dont l’origine est incertaine peut aussi être considérée, selon moi, d’une manière différente :  » L’humain est dans l’erreur  » ou tout aussi bien :  » L’humain est une erreur  » ! Respirez et fermez les yeux avant de continuer . . . Dans ce 21 ième siècle qui se noie dans la science et la technologie numérique l’humain est négligé, objet de consommation et esclave de dépendances superficielles imposées, doit on penser qu’il a perdu son âme ? Cette réflexion mérite d’être soulevée devant la prise de conscience planétaire qui réalise tardivement les désastres climatologique en cours et en devenir. L’humanité se coupe de son essence la plus profonde en abandonnant son pouvoir individuel à des institutions politiques, commerciales, capitalistes et idéologiques. L’être humain a OUBLIÉ ! ou il s’est oublié lui-même, retranché dans la peur d’une vie dont la seule finalité est la mort et le néant. Obnubilé par la mort, il en oublie la vie et ne fait que survivre au lieu de célébrer le miracle de la vie et d’être en vie, de respecter la vie et de l’agrandir par l’usage de l’amour de soi, des autres, de l’environnement, de la planète et même de l’univers. Oublions l’ÉGOsystème pour protéger les ÉCOsystèmes ! Nous faisons partie de la Nature et nous ne sommes pas À part de la Nature, nous étions le problème et nous pouvons par choix devenir La solution . . . Pensons-y bien car le premier pas d’un homme ou son premier geste peut devenir un grand pas dans la guérison de l’humanité .

Jacques

DÉMÉNAGEMENT

Bonjour,

Une personne qui n’a jamais vécu un déménagement ne peut comprendre ce qui se passe dans ces moments particuliers. J’ai eu la chance de vivre de très nombreux déménagements car mon père étant militaire, nous suivions le bon vouloir de l’armée française qui décidait régulièrement de déplacer les troupes. Comme cela était notre mode de vie, nous étions habitués à voyager, à changer de ville et de région et à faire des cartons pour les déballer à un autre emplacement. Un déménagement oblige à pratiquer le non-attachement, vertu très en vogue dans les traditions orientales. Il faut quitter une maison, une ville, des amis et surtout des habitudes et je ne vous parle pas des implications symboliques sur le plan émotionnel et relationnel. Nous avons tendance à accumuler des tas de choses, des objets, des souvenirs et tout ce que l’on garde  » au cas ou !  » et dans un déménagement nous devons laisser, abandonner, renouveler, remplacer ce qui ne convient plus au nouvel endroit qui nous accueille. Il en est de même dans nos pensées, nos idées, nos croyances, nos certitudes, nos craintes et nos peurs. Un déménagement est une remise en question fondamentale faite de lâcher prise, de remise en question et de faculté d’adaptation qui nous permet d’avancer un peu plus dans la connaissance de nous-mêmes. Il y a des individus qui sont des sédentaires endurcis et d’autres qui sont des nomades ! Posez vous la question de savoir si vous faites partie des nomades ou des sédentaires ?

Jacques

L’ IMAGINATION

Bonjour,

L’imagination est une des nombreuses possibilités que nous offre notre cerveau. Nous pouvons accueillir des pensées, des images, des bruits, des sons et des sensations à volonté car il nous suffit d’être relaxé, à l’écoute de notre monde intérieur pour créer nos propres histoires, nos propres films et nos rêves les plus fous . . . Oui, mais voilà, notre cerveau dispose d’un stock abondant de sujets que nous absorbons consciemment et inconsciemment dans nos mémoires depuis que nous avons été formés dans le ventre de notre maman. Par la suite, nos lectures, notre famille, nos professeurs et toutes les expériences de nos vies se sont entassées dans nos archives et nous pouvons puiser sans fin dan ces vastes bibliothèques de données pour alimenter notre imagination. Bien sur le contenu dépend de nous pour beaucoup, si par exemple nous lisons des livres ou si nous regardons souvent des films de violence et d’horreur, c’est ce qui est le plus abondant qui va sortir en premier, nous ne devons pas nous en inquiéter mais il est bon de le savoir. Notre imagination peut être créatrice ou destructrice dépendamment des influences auxquelles nous nous soumettons de façon consciente ou inconsciente, il nous appartient donc de faire les bons choix pour obtenir de bons résultats et inversement de mauvais choix généreront de mauvais résultats ! Alors choisissez vos lectures, vos musiques, vos programmes de télévision ou de cinéma ainsi que les personnes avec lesquelles vous choisissez de vivre pour  » imaginer  » une vie heureuse ! Jacques

L’ INTENTION

Bonjour,

Le mot Intention vient du latin : intendere qui signifie tendre vers – oui, j’ai fait du latin et je m’en félicite tous les jours ! – Une expression populaire dit que :  » l’enfer est pavé de bonnes intentions !  » et pris au pied de la lettre, cela ressemble à une mauvaise compréhension ou utilisation du mot INTENTION, car avoir une intention est inutile si une réalisation de cette intention ne suit pas dans la préparation et la concrétisation de cette intention. Avoir une bonne intention est la création d’une idée pour un projet qui nous tient à cœur et le mécanisme de l’intention se prolonge dans la réflexion, l’élaboration d’un texte ou d’un dessin, d’un plan et des moyens nécessaires à l’aboutissement vers lequel nous tendons.

La réussite de ce que nous avons placé dans cette intention nécessite d’investir une bonne dose d’énergie et de temps et malheureusement, il ne suffit pas d’envoyer cette intention dans l’univers et d’attendre que cela se fasse tout seul (théorie très répandue dans la mouvance  » New age  » !). Le processus de l’intention nécessite de porter toute son attention jusqu’à ce que le but soit atteint ou le projet réalisé avec des pensées et des idées claires et précises et en s’assurant de rassembler toutes les conditions nécessaires et favorables, notre investissement doit être à 100 % car à 99 %, nous insérons 1 % de doute qui peut bloquer complètement le processus . . . Je vous en parle en connaissance de cause car il s’agit de mon mode d’action privilégié et si j’ai le moindre doute, je sais d’avance que mon intention n’était pas la bonne. Jacques

JÉSUS et les MIRACLES

Bonjour,

J’ai regardé sur la chaine TV5, une émission, Secrets d’histoire consacrée à Jésus et présentée par Stéphane Bern. Émission très intéressante, surtout avec le manque d’informations qui entoure cette époque et j’ai beaucoup apprécié les commentaires des historiens et des spécialistes intervenants. À propos des miracles attribués à Jésus, j’ai apprécié le commentaire qui disait :  » Jésus ne faisait pas de miracles, il montrait aux malades que le miracle était en eux !  » . . . Or cette conclusion je l’avais déjà envisagée sans savoir comment la formuler car je réalisais que Jésus ne se prenait pas pour un faiseur de miracles, mais tout simplement comme un intermédiaire et quand il disait :  » Va ta foi t’a sauvé !  » il disait bien que la foi de la personne était responsable de sa guérison . . .

Je crois également que dans la Médecine, une partie importante de la guérison réside dans l’esprit de la personne malade et que certains patients ne veulent tout simplement pas guérir et attribuent les échecs aux médicaments ou aux thérapeutes. Il y a souvent dans la médecine moderne de véritables miracles, que ce soit par les médicaments ou par des interventions chirurgicales et ces miracles existent lorsque les patients leur permettent de se produire. Un miracle est un fait extraordinaire qui est dépourvu d’explication scientifique, selon les définitions courantes et il nous faut beaucoup d’humilité pour reconnaître que la science n’a pas toutes les réponses et l’intelligence humaine a un champ d’action qui dépasse les limites de la science, fort heureusement !

Jacques