LA PATIENCE

Bonjour,


La patience est l’aptitude d’un individu à se maîtriser face à une attente, à rester calme dans une situation de tension ou face à des difficultés, ou encore la qualité de persévérance.

Un proverbe persan la définit ainsi : « La patience est un arbre dont la racine est amère, et dont les fruits sont très doux. ».

Ceci exprime bien l’idée de ce que représente la patience, attendre pour obtenir ce que l’on désire. Dans une salle d’attente, les personnes sagement assises sur leur chaise sont communément appelés des  » patients « .

Les chiens sont très patients lorsque nous plaçons de la nourriture sur leur museau en leur disant :  » Attends ! « , ils savent et ils sentent qu’ils seront récompensés quand le maitre aura perdu patience.

La patience est une qualité très utile et indispensable dans notre lent cheminement vers la sagesse. Nous voulons souvent avoir tout, tout de suite alors que souvent l’attente nous permet d’apprécier de manière plus intense l’obtention de notre désir.

Une bonne façon de faire preuve de patience est de considérer que ce temps imprévu est une belle opportunité pour nous centrer sur notre respiration et de relaxer nos muscles tout en laissant les idées vagabonder dans notre mental.

 »  Ma patience a des limites !  » me direz-vous, certes et ce sont bien vos limites et vous pouvez les fixer à votre gré !

La sagesse persane du proverbe cité au début, nous précise que ses fruits sont très doux, alors armons-nous de patience et nous serons grandement récompensés,

 

Jacques

LA BÉNÉDICTION

Bonjour,

Le mot  » bénédiction  » vient du latin bene ( bien ) et dicere ( dire ), donc cela signifie  » dire du bien  » . . .

Dans un monde perdu et qui se cherche dans des dédales de technologie, de réseaux, de psychologie, de sociologie et de politiquement correct, c’est un acte qui a été oublié, mis de côté pour les connotations religieuses qui lui sont attribuées.

Dire du bien n’a jamais fait de mal à personne bien au contraire, lorsque vous bénissez quelqu’un ou quelque chose, vous attribuez un compliment ou un accueil favorable et le fait d’émettre cette bénédiction vous fait aussi du bien puisque vous reconnaissez l’importance et la qualité de la personne, de l’objet ou de la situation.

Aujourd’hui, je vous propose une vision plus élargie de la Bénédiction : tous les matins, dés votre réveil, commencez par vous bénir vous-même, votre corps, votre mental, vos pensées et vos émotions !

Cela vous choque sans doute à cause du conditionnement socio-culturel qui va vous taxer d’égoïsme et cependant, vous êtes, nous sommes la toute première personne qui mérite d’être bénie !

Comment pourrions nous offrir une bénédiction si nous considérons que nous ne la méritons pas ? En fait, nous sommes tous et toutes bénis d’habiter ce corps physique et d’utiliser pleinement toutes ses capacités pour devenir une bénédiction pour les autres et ainsi atteindre plus de paix et de bonheur.

Jacques

ALIMENTATION SAINE

Bonjour,

Voici les beaux jours qui approchent et les jardiniers se préparent à planter les légumes qui vont être récoltés tout au long de l’été.
C’est agréable de constater que de plus en plus de personnes ont la bonne idée de faire un potager qui permettra de manger des légumes frais et sains.
Tout ce qui est planté localement est plus riche en nutriments et en vitamines que les fruits et les légumes qui proviennent de pays lointains et qui peuvent contenir des produits chimiques qui ne sont pas bons pour la santé.
En hiver, les fruits que nous recevons ici sont ou trop murs ou pas assez et de toute façon ils ne se conservent pas longtemps, sans parler des prix qui sont majorés par les couts du stockage et du transport.
La priorité pour notre santé est avant tout de boire suffisamment d’eau car notre corps physique est composé de plus de 75 % d’eau et il faut la renouveler régulièrement.
Chaque jour, nous éliminons en moyenne 2 litres et demi d’eau par les urines, la respiration et la transpiration, il est important de boire souvent de petites quantités d’eau pour compenser les pertes.
Il est bon de choisir des fruits et des légumes qui vont nous apporter tous les minéraux et les vitamines dont nous avons besoin, ce qui nous évite de recourir à des compléments alimentaires dont l’utilité est discutable.
Hippocrate disait : « Que ta nourriture soit ton médicament et que ton médicament soit dans ta nourriture » . . .
Pensez-y bien,

Jacques

ÊTRE ou NE PAS ÊTRE ?

Bonjour,

Shakespeare a écrit cette phrase célèbre, dans sa pièce  » Hamlet  » et il continue en écrivant :  » telle est la question !  »
Autre temps, autre époque et cependant la question reste d’actualité.
Aujourd’hui, nous pourrions la formuler un peu différemment en fonction de notre contexte technologique.
Devons-nous ÊTRE qui nous sommes vraiment ou devrions-nous nous renier pour PARAITRE ce que la société nous propose ou même essaye de nous imposer ?
Paraitre implique de se cacher de se retirer derrière des notions de FAIRE, d’AVOIR et de SUIVRE les modes et les tendances.

Gad Elmaleh dans un sketch sur le téléphone portable qui n’était pas encore affligé de l’adjectif intelligent ( smart ) fait dire à son père :  » J’en ai assez des bisous sur les messages, viens me les faire en vrai !  »
Un bisou  » en vrai « , est un bisou alors qu’un bisou sur un message n’est qu’un mot et dans une boite vocale ce n’est qu’une parole.

Le monde virtuel n’est que virtuel, il n’est pas dans l’ÊTRE et tristement il devient de plus en plus fréquent de rencontrer des personnes qui ont appris à ne plus ÊTRE.

Le  » twitte  » est en français un « gazouillis d’oiseau  » émis par une cervelle d’oiseau dans un état de réactivité émotionnelle non contrôlée.
Dominé par ses émotions, l’être humain n’est plus humain, devenu incontrôlable il a quitté sa qualité d’humain et devient un roquet aboyant dans le vide intersidéral. . .

Restons sur terre et continuons de profiter du bon côté des technologies sans devenir des esclaves écervelés qui ont perdu leur INTELLIGENCE !

Jacques

PENSÉE PRÉVENTIVE POUR LE DOS !

Bonjour,
Connaissez-vous une personne qui souffre du  » Mal de dos  » ?
Peut-être même plusieurs, ou sans doute avez-vous déjà expérimenté ce mal du siècle !
Le mal de dos se décline de plusieurs façons et sous différents noms :
Tour de rein, lombalgie, entorse lombaire, sciatique, sciatalgie, lumbago, hernie discale, arthrose, dorsalgie, et bien d’autres mots encore, tous les plus imagés les uns que les autres.
Il ne sert à rien de vouloir à tout prix faire son propre diagnostic et surtout de chercher une remède sans avoir reçu des explications de base sur le fonctionnement de la colonne vertébrale.

La prévention étant selon moi la manière la plus efficace de gérer cette pathologie, il me semble important d’ observer les mécanismes propres de la colonne vertébrale.
L’être humain est passé de la marche sur quatre pattes à la station debout, et l’érection de la colonne a eu pour conséquence de créer deux courbures, la lordose lombaire en creux et la cyphose dorsale en bosse !
De plus la flexibilité de la colonne d’avant en arrière est efficace et la rotation de droite à gauche aussi !
L’affaire se complique lorsque nous voulons combiner ces deux mouvements, surtout avec des charges lourdes ou lors de mouvements rapides ( ou brusques ).
Dans ces conditions, il nous faut éviter ces extrêmes, entretenir notre rachis par des mouvements réguliers d’étirement et d’assouplissement.
Les voitures sont pour notre colonne vertébrale, des instruments de torture, le meilleure remède étant de poser nos fesses sur le siège dans un premier temps et rentrer les jambes une à une.
Essayez et vous verrez !

Jacques

LE JOUR LE PLUS LONG

Bonjour,

Demain, est le 6 juin et les célébrations du souvenir de ce jour du débarquement sur les plages de Normandie arrive à son 75ième anniversaire.
Il y a de moins en moins de survivants de cet évènement et force est de constater que la mémoire est encore très vive, alimentée par l’engouement des enfants et des petits-enfants de tous ces valeureux combattants.
Combien de ces soldats ont périt avant même de poser le pied sur la plage, certains témoins disent que la mer était rouge du sang de tous les blessés abattus sauvagement par des soldats abrités dans des bunkers aux épaisses murailles de ciment armé.

Il y a quelques années, je me suis rendu sur une de ces plages du débarquement, je me suis positionné au ras des vagues et j’ai regardé les blockhaus sur la falaise, c’est étonnant que tous les soldats n’aient pas été abattus par ces défenses impressionnantes.
Ensuite, je suis allé près du blockhaus et j’ai regardé vers la mer et j’ai compris pourquoi ce fut une telle  » boucherie « .

En quittant la plage je suis revenu vers le stationnement sur lequel il n’y avait que deux voitures : la mienne et une voiture allemande . . .
Sur la route du retour mes pensées vagabondaient entre le passé et le présent et je me demandais si tout ceci avait été utile ?
La guerre est toujours présente sur la planète et nous assistons à des conflits économiques. nous perdons de lourdes batailles écologiques.
Serons-nous assez forts pour accueillir la Paix en nous ?

Jacques

REPENSER NOS CERTITUDES

Bonjour,

Il est bon parfois de faire une remise à zéro !
La vie, si belle, si simple, si bonne et généreuse est malheureusement encombrée de croyances, de certitudes imposées par la science et la pseudoscience, par les habitudes, par les conditionnements, par la et les modes, par la presse, la radio, la télévision, les ordinateurs, les téléphones et les pièges « sociaux ».
Heureusement, nous sommes tous uniques et nous avons tous le CHOIX (même si tous ne sont pas d’accord avec cela ), de profiter des bons côtés de la vie au lieu de nous croire victimes impuissantes de circonstances qui nous dépassent.
Se remettre en question avec humilité est devenu une urgence dans un monde « copié-collé ».
La toute première correction fondamentale est la croyance que nous sommes Notre corps !
Nous vivons dans un corps qui n’est qu’une enveloppe temporaire que nous utilisons pour ce voyage qui débute à la naissance et s’achève à la mort.
Ces deux étapes sont-elles ce que l’on veut nous faire croire (pour entretenir la peur) ?
Observons en conscience la vie qui nous anime et que nous sommes et nous découvriront que nous sommes plus que ce corps charnel et mortel, nous sommes une énergie, une vibration, une conscience qui vit une expérience terrestre.
La mort n’est pas la fin de la vie, nous changeons de vêtements, nous changeons de voiture et nous existons au-delà du corps physique et si vous en doutez, permettez-vous de vérifier par vous-même en toute objectivité.
Allongez-vous et respirez en observant ce qui se passe . . .

Jacques

LE VRAI RÔLE DU MENTAL

Bonjour,

Un sujet fort intéressant car selon les écoles et même selon chaque personne, il n’y a pas d’unanimité sur le rôle du mental.
Pour certaines personnes, le mental est un fardeau et la source même de tous nos maux physiques et psychologiques.
Pour d’autres personnes, le mental est le top du top, la seule chose qui importe dans la vie et le seul garant de la bonne vitalité d’un EGO surdimensionné.
Comme bien souvent, les extrêmes ne sont que des caricatures qui ne représentent en rien la réalité de la moyenne ou de l’équilibre.

Tout d’abord observons ce qu’est réellement le Mental.
Une petite recherche sur internet nous donne des explications multiples et variées en fonction de la vérité prônée par la personne qui écrit ( ce qui pourrait être mon cas, n’est-ce pas !).
Dans un article précédent, j’avais comparé le mental au cocher d’une voiture tirée par un cheval, la voiture étant le corps et le cheval les émotions.
En fait, je dois affiner ma comparaison car le pauvre mental est pris en otage entre le corps et les émotions.
Si le cheval ( émotions ) est excité ou refuse de bouger, le mental ( cocher ) ne peut bouger.
De même, si la voiture ( corps physique ) est brisée, le mental est encore coincé !
Ayez cette image en tête pour comprendre les limitations de votre mental, car il est un OUTIL, utile et pratique qui parfois lutte contre les émotions et souvent est contrarié par le corps.
NOUS sommes les Maîtres !

Jacques

LES FLEURS DE BACH

Bonjour,
Le docteur Edward Bach est né dans la fin du XIX ième siècle en Angleterre.
Il reçoit son diplôme de Médecin en 1912 à l’âge de 26 ans,
Dans les années 1930, il découvre intuitivement les pouvoirs de fleurs et de plantes, préparées selon un véritable processus alchimique impliquant les quatre éléments fondamentaux : la terre, l’eau, l’air et le feu (soleil ).
Il regroupe ainsi 38 fleurs qui permettent de corriger des états négatifs humains responsables du déclenchement de certaines maladies.
En 1933, il compose le RESCUE REMEDY ou remède d’urgence, composé d’un mélange de cinq fleurs particulièrement efficace en cas de choc soudain ou d’évènement brusque mettant en danger l’équilibre psychique et physique de l’individu.
Il meurt en 1936 à l’âge de 50 ans.
Depuis toutes ces années, les essences de fleurs du docteur Bach ont fait leurs preuves cliniques sur des générations entières de patients qui les ont utilisées.
Je confectionne souvent des mélanges personnalisés pour des personnes qui viennent me consulter et qui s’en trouvent bien satisfaites puisqu’elles viennent m’en redemander si les symptômes réapparaissent.
L’usage du Rescue remedy est encore plus répandu, car beaucoup de femmes en ont une bouteille dans leur sac à main ! (  » Au cas ou !  » ).
L’interrogatoire des patients permet de déterminer quelles sont les fleurs dont ils ont besoin et personnellement, je leur propose de participer au choix des fleurs correspondant à leurs malaises.
Si vous ne les connaissez pas, je vous conseille vivement de rencontrer une personne qui pourra vous conseiller pour éliminer vos malaises.

Jacques

UN PETIT DÉJEUNER SURPRISE

Bonjour,

Parfois la Vie nous fait des cadeaux et je me trouve assez gâté dans ce domaine, et parfois cela frise l’irréel . . .
Assis ce matin près de la porte du patio, je m’installe tranquillement en profitant de la vue sur la forêt et le ciel ensoleillé.
Soudain, mon regard est attiré par une présence inhabituelle dans le paysage, il y a souvent des oiseaux ou des écureuils qui vont et viennent, mais là, j’aperçois, juché sur la cime d’un arbre ayant perdu sa tête, une grosse masse, je sors mes jumelles qui sont toujours prêtes et je découvre un superbe aigle, un pygargue à tête blanche, aussi appelé aigle pêcheur.
Je m’attends à un envol rapide car il m’arrive d’en voir souvent de passage et qui s’envolent rapidement.
Je constate alors que lui aussi est en train de prendre son petit déjeuner, un poisson tout frais pêché et plus gros que ma main.
Je le vois tenant sa proie entre ses serres et décollant des morceaux de chair qu’il avale en levant la tête.
Par moment, satisfait de son repas, il écarte les ailes, pour reprendre son équilibre et c’est pour moi l’occasion d’apercevoir les plumes blanches de sa queue.
Je suis conquis par cette compagnie inattendue en ce beau matin ensoleillé.
Je crois que son petit déjeuner était trop lourd pour le ramener à son nid et qu’il s’est arrêté là puisque je ne suis qu’à 200 mètres de la mer.
Je ne vous ai pas dit qu’il se trouvait à moins de 30 mètres de moi !

Jacques