Tag Archives: émotion

LA MÉMOIRE VISUELLE

Bonjour,
Je la place en premier car c’est notre sens le plus sollicité, il suffit de regarder un nouveau-né ou un jeune enfant pour constater l’avidité de leur regard, ils n’en perdent pas une miette jusqu’à ce que le sommeil aidant, le voile des paupières lourdes supprime toutes les stimulations visuelles.
Les premières impressions visuelles sont bien sûr les visages et les regards de leur entourage et même si cette idée ne fait pas l’unanimité, j’ai constaté que le regard de ces enfants ne se limite pas à ce que nous voyons, ils ont encore cette aptitude qui leur permet de voir les auras, les couleurs de cette énergie qui émane de notre complexe corps-mental. Nous ne pouvons pas mentir à un enfant car il voit ce que nous voulons lui cacher.
Par la suite tout devient sujet d’observation, la pièce, la maison, l’extérieur, la nature, les jouets, les animaux puis les livres et la télévision.
Nous enregistrons avec nos yeux plus d’images que n’importe quelle caméra et notre stockage d’images est illimité et c’est ainsi que se développe la reconnaissance des personnages et des lieux et si nous avons perdu leur identification ils se manifestent par l’impression de  » déja vu  »!.
Souvent les images sont accompagnées d’émotions qui peuvent se réveiller lorsque les images rementent à notre conscience.
Si ces émotions sont positives, c’est que du bonheur, mais lorsqu’il y a des émotions négatives nous pouvons être perturbés car nous ne comprenons pas toujours ce qui se passe.
Il est alors important de réaliser que notre mémoire visuelle a révélé en nous une émotion qui appartient au passé et que celle-ci n’est plus d’actualité.
Bien vu ?
Jacques

COMME UN SCULPTEUR !

Bonjour,
« Oui, c’est bien beau, mais vous ne me dites pas comment je dois m’y prendre pour devenir sculpteur ! » me dit-on…(à la suite de l’article du 31 janvier 2015)
C’est bien vrai, je répare mon oubli ((un peu volontaire !).
« Comme un sculpteur ! « , est ma réponse .
Un sculpteur a devant lui une masse sans forme, bien sur pour vous ce n’est pas le cas ! et cependant il se peut que votre image dans le miroir présente quelques imperfections et c’est bien correct…
Dans un premier temps, observez-vous, notez ce que vous voulez garder et ce que vous voudriez modifier.
Soyez sans crainte, vous allez travailler sans marteau !
Comme le sculpteur retire tous les éléments de la pierre qui dissimulent son chef-d’oeuvre avec patience et détermination, vous allez creuser dans votre sub-conscient pour modifier les habitudes, les croyances, les préjugés, les peurs, les traumatismes et les fidélités qui sont responsables de ce qui parait sur votre corps.
Prenez conscience des attitudes, des regards, des craintes ou de l’agressivité que votre corps exprime dans certaines situations et changez-les (par exemple un enfant battu sera toujours sur la défensive dans son langage corporel non-verbal ).
Choisissez des positions d’ouverture, de respect, d’admiration…
Exprimez des sentiments de joie, de bonheur, de contentement et d’amour.
Regardez les personnes en contact avec vous en découvrant toute la beauté et le bonheur qui est en elles, même si cela est caché, et à votre tour montrez-vous vulnérables et confiants dans la vie.
Comme un sculpteur vous découvrirez la sensibilité et la tendresse de ces êtres qui se jouent la comédie de leur arrogance (qui cache la peur), de leur mépris(qui cache leur faiblesse) et de leur indifférence (qui cache leur besoin de communiquer )…
Changez-vous vous-mêmes et votre monde changera, je vous le garantis,
Jacques

LA COLÈRE ( troisième poison )

Bonjour,
Le premier poison, l’Ignorance nous permet de ne pas être conscient du second, l’Attachement et tout cela nous amène au troisième poison alias la COLÈRE ou la haine….
Dans le cycle des quatres émotions : joie, peur, colère et tristesse, la colère arrive en troisième position.
Petit apparté sur ce cycle peu connu et trés répandu :
Un ou des évènements nous font ressentir de la Joie !, trés vite la peur de perdre cette joie nous fait penser que cela ne peut pas durer et nous entrons dans une colère contre la terre entière (et plus si affinités), au sortir de cette colère nous sombrons dans la tristesse jusqu’à ce que de nouveau, quelque chose ou quelqu’un nous fasse ressentir de la joie…
Notre esprit ignorant de la réalité de notre être va nous entrainer dans la colère qui existe dans notre inconscient et surtout dans l’inconscient collectif, voir les nouvelles, les actualités et tous les conflits larvés ou déclarés.
La colère peut être une émotion saine et salutaire si elle est exprimée au bon moment, à la bonne personne et pour le bon motif !
Sans parler bien sur des colères contre nous-mêmes et que nous nous ignorons (tiens le premier poison revient ) et encore moins des colères auxquelles nous nous attachons en les faisant durer (oh! le deuxième ).
Personnellement je m’autorise cinq minutes de colère si nécessaire car au-delà, c’est une perte de mon temps si précieux…
A bientôt,
Jacques