Tag Archives: Choisir

PRISE DE CONSCIENCE 2020

Bonjour,

L’année 2020 restera dans l’histoire comme l’année de la Pandémie, et ceci doit nous conduire à réaliser qu’au-delà de toutes les contraintes auxquelles nous nous sommes astreints, l’important est de répondre positivement aux nombreux messages révélateurs de ce qui a favorisé une telle propagation du virus autour de la Terre. Chacun de nous tous doit prendre conscience qu’un minuscule virus ne peut nous attaquer si nous ne participons pas à son éclosion et à son transport. Les conseils de confinement et de distanciation sociale ont largement démontré leur efficacité et nous devrons en tenir compte. D’une façon plus générale, nous devons nous positionner face aux nombreux facteurs qui ont contribué à l’affaiblissement de notre système immunitaire car chacun de nous dispose d’un immense pouvoir en tant que consommateur, avec cet exemple majeur, du fait du ralentissement de nos déplacements, les industries pétrolières ont fait baisser drastiquement le prix du carburant, c’est une belle victoire et si nous recommençons à rouler sans compter et à grande vitesse, les prix vont remonter rapidement ! Il y donc des solutions à notre portée et notre responsabilité est engagée.

L’ART du LÂCHER – PRISE

Bonjour,

Le mécanisme du lâcher-prise n’est pas une science infuse ni un résultat des fonctions de notre cerveau, puisque celui-ci a pour unique fonction de collecter et conserver jalousement toutes nos connaissances et tous nos acquis. Lorsque nous souhaitons effectuer un lâcher-prise, nous nous trouvons devant un choix cornélien :  » Lâcher et tout perdre  » ou  » Conserver et ne rien lâcher  » .

LE BUT DE LA VIE

Bonjour,

BOIRE DE L’EAU (2)

Bonjour,

ÉCOLOGIE ?

Bonjour,

Un député européen, Yannick JADOT, vient de publier son dernier livre :  » Aujourd’hui, tout commence  » !
J’ai écouté ce qu’il avait à dire et à répondre aux animateurs qui l’interrogeaient dans l’émission  » On n’est pas couché « .
Du nouveau pour moi, ou j’ai découvert que l’écologie ne se limite pas à être anti-nucléaire ni à devenir végétarien.
J’ai apprécié sa notion de  » terroir  » qui implique à la fois le terrain et l’agriculture et aussi les êtres humains, avec en premier les agriculteurs, qui se libérant des empoisonneurs chimiques, retrouvent les lois de la nature, beaucoup plus simples et efficaces que les lois de la finance.
Je pense avoir compris que l’écologie, plus qu’environnementale, se devait d’être aussi sociale en rétablissant une économie locale (le terroir ) axée sur la participation des agriculteurs et des consommateurs en harmonie avec la nature qui de tous temps s’est montrée capable de retrouver son équilibre.