PREMIER FÉVRIER 1992 ( 4 )

Bonjour,
La première nuit après l’opération a été passée dans une chambre commune un peu bruyante et le lendemain je fus transféré dans une chambre à deux lits, plus calme.
Avec le froid sur le lieu de l’accident et l’opération mon pied et ma cuisse avaient triplé de volume, au cours du pansement je pus apercevoir les orteils de mon pied gauche qui pointaient vers le ciel séparés les uns des autres de deux bons centimètres et certaines parties de la peau qui suintait abondamment présentaient des aspects noirâtres.
Dans la soirée je commençais à craindre l’apparition de la gangrène que je connaissais bien pour l’avoir rencontrée plusieurs fois chez des patients lorsque j’étais en France.
A un passage de l’infirmière de nuit, sans lui révèler mes sinistres pensées, je lui demandais si elle pouvait vérifier l’état de mon pied, elle sortit alors sa lampe électrique pour examiner mon pied et me dire gentillement :  » Tout va bien ! « . Je la remerciais et je restais angoissé à l’idée possible d’une septicémie et les pensées les plus sombres occupaient mon esprit jusqu’à un prochain passage de l’infirmière et cette fois-ci je me hasardais à lui demander si elle ne voyait pas de signes de gangrène… Toujours aussi gentiment, elle sortit sa lampe de poche et examina scrupuleusement mon pied, puis elle éteignit sa lampe et me dit calmement :  » Non, je ne vois rien !  » Dè que je lui ai dit :  » Merci !  » toutes mes craintes disparurent et je pus m’endormir.
La journée qui a suivi j’ai observé mon pied et je n’en menais pas large ( alors que lui l’était…large !).
Le soir venu je m’endormis avec la conviction profonde que si je devais mourir, j’acceptais cette issue sereinement.
Je ne sais pas ce qui s’est passé dans la chambre cette nuit là ? Je sais simplement que je me suis réveillé dans un lit tout propre et que l’infirmière de jour m’a fait comprendre que sa collègue avait eu beucoup de besogne avec moi…
Ce que je sais c’est ce qui s’est passé dans mon esprit pendant ce temps et je vous en parle la prochaine fois,
Jacques

PREMIER FÉVRIER 1 9 9 2 ( 3 )

Bonjour,
L’ambulance se met en route pour Moncton avec à son bord, les deux blessés de la veille et deux infirmières, toujours dans des conditions de tempête car il est tombé un mètre quatre vingt de neige durant la fin de semaine.
Le voyage a donc été mouvementé et assez long, mais j’avais reçu une autre dose de potion magique et je ne souffrais pas, au contraire, je passais mon temps à monter et démonter des boites de cartons et lorsque j’ouvrais les yeux, il n’y avait plus de boites et elles réapparaissaient dès que je refermais les yeux.
J’ai bien essayé de prévenir l’infirmière qui était tournée vers l’autre patient ( impatient ) et je n’arrivais pas à la toucher pour attirer son attention.
Ceci m’a valu un bon fou-rire quand j’ai revu l’autre infirmière qui m’a raconté avoir bien rigolé car elle croyait que je cherchais à attraper les fesses de sa collègue… loin de moi cette idée, mais j’ai bien ri ( Ce ne sont pas les évènements qui comptent, mais la façon dont nous les vivons ! ).
Le trajet nous a conduit à l’hôpital Georges Dumont de Moncton ou je fus acueilli par le chirurgien auquel j’ai demandé :  » Vas-tu me placer une broche ou des plaques et des vis ? »
Il m’a fait un grand sourire et m’a répondu ;  » Je vais d’abord te faire une traction trans-calcanéenne ! »
Comprenez : enfiler un crochet dans l’os du talon pour pouvoir y accrocher des poids d’environ 5 à 6 kilos afin de tirer sur les fragment osseux pour pouvoir les remettre en bonne place.
Mon dimanche soir s’est donc passé au bloc opératoire et encore avec des substances bizarres,
À suivre…
Jacques

PREMIER FÉVRIER 1 9 9 2 ( 2 )

Bonjour,
Je suis donc assis dans la neige avec mon  » bon samaritain  » en attendant l’ambulance qui conduisait l’autre blessé à l’hôpital distant d’un dizaine de kilomètres et en pleine tempête de neige.
Le temps s’est arrêté pour moi sur ce confort chaleureux (dans tous les sens du terme ) et il a bien pu s’écouler de trente à quarante cinq minutes avant de voir arriver l’ambulance et les ambulanciers que je connaissais et qui m’ont abordé avec le sourire en me disant :  » Bon, maintenant c’est à notre tour de te soigner ! « …
Cette phrase et le ton sur laquelle elle a été prononcée a eu sur moi un effet de gratitude qui m’a réjoui et je leur ai expliqué que j’avais redressé ma jambe et calé les morceaux avec de la neige, ce qui les a bien fait rire. Il m’ont placé une attelle, allongé sur le brancard et enfourné dans l’ambulance pour me conduire à l’hôpital à mon tour.
Dans la salle d’urgence, le médecin qui m’a accueilli m’a demandé si j’avais mal, je lui ai répondu :  » Non, j’ai froid !  »
En effet, j’étais en hypothermie et je ne ressentais aucune douleur, le froid insensibilise les nerfs conduisant les sensations de douleur et je suis donc resté en hypervigilance pendant tout ce temps ( Il faut être trés vigilant pour bien vivre en santé ! ).
Les infirmières m’ont apporté une couverture chauffante, le radiologue m’a passé une radiographie pour m’annoncer que j’avais une double fracture ouverte, ce qui ne m’a guère surpris mais confirmait mon excellent diagnostic.
La suite a été oblitérée de ma mémoire car la prescription de succédanés de la morphine ( ou mort fine, j’ai oublié l’orthographe..) ont conduit ma conscience dans des états non ordinaires pendant plus de 20 heures.
Donc le dimanche 2 Février, j’ai refait surface pour apprendre que j’allais être transféré à Moncton ( 250 km )….
À suivre …
Jacques

PREMIER FÉVRIER 1 9 9 2 ( 1 )

Bonjour,
Il y a bientôt 22 ans j’ai eu ou fait un accident lors d’une tempête de neige.
Après un mois de janvier ayant connu un froid intense, je me suis rendu à mon bureau le samedi matin pour un rendez-vous.
Le temps était couvert et le vent commençait à souffler. Sitôt le traitement terminé, j’ai repris le chemin de la maison distante de 3 km, la neige et le vent créaient des conditions de poudrerie et la visibilité était limitée à tel point que mon véhicule s’est immobilisé dans une congère.
Je suis allé emprunter une pelle à une maison voisine et j’ai dégagé mon auto. C’est à ce moment-là que j’ai aperçu un autre véhicule qui avançait dans ma direction, je me suis avancé en lui faisant des signes pour éviter qu’il ne heurte ma voiture encore au milieu de la route.
Le chauffeur ne m’a pas vu, m’a catapulté dans les airs et je suis retombé sur la route au moment ou sa voiture entrait en collision avec la mienne, coinçant ainsi ma jambe gauche entre les deux pare-chocs. Je me suis retrouvé assis par terre dans la neige avec ma jambe gauche pliée à 90 degrés au niveau du tiers inférieur, le genou déboité et j’ai pris ma chaussure entre mes mains pour replacer mon pied dans l’axe de la jambe, j’ai alors senti dans ma chaussure l’impression de tenir un sac de cacahouètes….
Devant l’évidence des faits, je me suis dit :  » Je viens d’avoir un accident, maintenant je dois commencer à me concentrer sur la guérison et me préparer à aller à l’hôpital !  »
Un policier est arrivé, m’a expliqué que l’ambulance était déja partie pour un autre accident à l’autre bout de la rue.
Il s’est alors assis à coté de moi, a entre-ouvert son manteau pour me réchauffer et là j’ai vécu un instant de bonheur intense en pensant :  » Quel beau geste ! « ….. À suivre…
Jacques

TEMPÊTE DE NEIGE

Hiver canadien

Neige sur le toit


Bonjour,
Comme le démontre si bien la photo, la neige est abondante au Canada, il n’y a pas de crise de ce coté là !
Cela fait partie des joies de l’hiver, une bonne tempête de neige, tout est fermé et c’est une bonne opportunité pour faire des choses à l’intérieur de la maison. Quand la tempête est terminée, le soleil revient et nous pouvons reprendre les activités extérieures : raquette, ski de fond, patinage et autre motoneige. En fait, l’hiver est une belle saison surtout que les maringouins sont absents…
C’est aussi le temps de réaliser la force de la nature, d’accepter ses colères et ses débordements et tout doucement, nous voyons poindre l’aspect symbolique des choses et des évènements.
Dans notre nature intérieure il y a parfois des tempêtes d’émotions et tout comme la neige, nous devons les accepter en attendant le retour du soleil, le retour au calme intérieur, c’est une grande leçon car notre vie au rythme trépidant ne voudrait pas nous donner des jours de repos « illégaux ».
Le retour à la nature nous incite à retourner vers notre vraie nature, vers ce que nous sommes vraiment en dessous de la couche au vernis craquelé de nos apparences, au-delà de ce monde ou les yeux se croient tout puissants, oubliant que nous avons un coeur qui bat, qui vibre et qui prend des décisions (le fameux coup de coeur !).
Regardez bien la photo, imaginez le volume et le poids d’émotions que cela peut représenter, et réalisez que le soleil fait tout fondre en quelques heures.
Donnez-vous le temps nécessaire pour que le soleil vous débarasse de vos émotions négatives…
Jacques

UNE PETITE FLEUR

Belle fleur

Une petite fleur


Bonjour,
En fouillant dans mes archives littéraires (!), j’ai retrouvé ce texte que j’ai composé en 1987…Il me fait plaisir de vous l’offrir tel quel !

Une petite fleur
Une petite fleur toute innocente mais jolie comme un coeur, est apparue un beau matin de printemps dans l’herbe tendre de mon jardin.
Surpris, puis intrigué, je l’ai guettée dans sa longue préparation pour éclore, puis un beau jour elle s’est ouverte à la lumiére, au soleil et à mes regards intéressés.
Une belle histoire d’amour est née alors avec cette petite fleur qui prenait plaisir à me séduire par son parfum, par ses couleurs et par ses attitudes au gré de la brise.
Puis la saison s’avançant, elle a commencé à se flétrir comme à regret de me quitter et pour que je ne l’oublie pas, elle m’a laissé une petite graine que je garde précieusement.
Je sais qu’au retour de la belle saison, je pourrais la retrouver, fidéle à notre rendez-vous et à notre amour.

Je vous laisse le soin de découvrir la signification symbolique de cette histoire dans votre propre vie, car c’est la personne qui lit le message qui lui donne toute sa signification,
Jacques

RÉSOLUTIONS . . . OU RÉVOLUTIONS ?

Bonjour,
Début d’une année remplie d’un tas de supposées  »bonnes résolutions  » !
Parfait, et qu’en est-il après quelques semaines ou quelques mois ?…
Parties en fumée, toutes ces bonnes pensées ne sont plus que ruines et cendres quelque part dans notre inconscient encombré de routines, d’habitudes et de paresse !
Et si pour changer, nous prenions la décision de faire des révolutions !
Dans Résolutions il y a ré (comme dans répétition ) et solutions, ce qui signifie répéter les mêmes solutions…
Dans Révolutions, il y rêve, il y a évolution, cela sonne trés différemment dans notre subconscient, il y a de la créativité, du mouvement et des actions nouvelles.
Il y a aussi révolu, comme ce qui est passé et qui ne convient plus, alors cessons de piétiner et sans faire la guerre, faisons au moins des révolutions, des coups d’éclat, voire même des coups de génie pour sortir de notre enlisement qui est visible dans tout ce qui nous entoure, l’économie, l’écologie et la politique ont besoin aussi de ces révolutions : il y a eu la révolution française, le printemps de Prague, le printemps arabe et le printemps d’érable pour changer des choses, alors n’attendons plus, faisons bouger tout ce qui est beau et bon en nous, bousculons la culture du médiocre, l’être humain est grand, beau, noble, généreux et intelligent…certains l’ont oublié !…
Nous avons les moyens de réussir à dépasser la pseudo  »crise » des hypnotiseurs de tout acabit, nous avons notre volonté, notre force de caractère, notre intuition et notre enthousiasme pour chasser les sorcières et les démons qui nous rongent jusqu’à nous rendre malades.
Alors en 2014 je vous propose de voter pour VOUS et ainsi dans la solidarité et la témérité nous pourrons redécouvrir la fraternité et la liberté.
Révoltons nous pour bien vivre en santé en 2014 et au-delà!
Jacques

CALENDRIER 2014

Bonjour,
J’offre en ce début d’année un calendrier magnétique pour adhérer sur la porte du réfrigérateur aux personnes que je rencontre.
Le fond du calendrier représente un phare et j’ai inscrit les deux phrases suivantes :
Batissez votre avenir en fonction de vos rêves.
Vivez cette année telle que vous l’imaginez.
Je ne peux vous offrir ce calendrier mais je vous offre le cadeau de ces deux phrases que je vous propose de faire vôtres en 2014 !
Lisez les et relisez les jusqu’au moment ou vous sentirez que vous choisissez de les mettre en pratique.
Bien sur, cela va vous entrainer a changer des choses dans votre vie pour le mieux car vous savez que si vous refaites les mêmes choses que l’an passé, vous obtiendrez les mêmes résultats…
La seule façon de réaliser vos rêves, est en effet de construire votre avenir en vue de leur réalisation, sinon ils resteront a l’état de rêves et vous serez frustrés !
Vivez cette année telle que vous l’imaginez, par exemple bien vivre en santé en 2014… c’est a vous et non pas aux autres de décider ce que sera votre vie, le choix vous appartient et si vous ne faites pas de choix, d’autres le feront a votre place et vous n’en serez pas heureux !
Bâtir, rêver, vivre et imaginer sont des verbes simples et ce sont aussi des actions simples si vous acceptez de vous prendre en mains ( j’ai mis un « S«  car vous aurez bien besoin de vos deux mains !).
C’est un conseil gratuit et je peux vous assurer que vous en aurez pour votre argent que vous économisez ainsi,
Jacques

BONNE ANNEE 2014

Bon jour, bonne semaine, bon mois de Janvier et surtout une bonne année 2014 !
Voici venu le temps de suivre une voie qui vous permettra de changer des choses dans votre vie pour bien vivre en santé . Ce que je vous propose aujourd’hui est plus important dans votre vie que de gagner le gros lot a la loterie.
Je veux vous entretenir sur un sujet délicat : la dépendance a la notion de TEMPS…
Notre mode de vie, nos habitudes et nos croyances nous enferment dans une fuite en avant ou le temps nous maintient en esclavage dans une course contre la montre (en passant ce petit objet a votre poignet porte bien son nom, il vous « montre  » l’heure..).
Il est vrai que cela est pratique pour la vie en société, pour prendre un train ou un avion, mais de la a se rendre malade il y a des limites.
Beaucoup de livres exaltent le moment présent et c’est parfait, cependant convenez que sitôt que vous l’appréhendez, il est déjà parti ou passé ! Tout comme la trotteuse du chronomètre qui ne connait pas le repos…
A l’inverse, si vous regardez en avant dans le temps, vous constatez que le futur n’existe pas puisqu’il est a venir…
Pas de passé, pas d’avenir et un moment présent fugace, il n’y a donc aucune raison de se charger des émotions de regret ou de colère d’un passé éphémère ainsi que des émotions d’angoisse ou d’anxiété d’un futur hypothétique !
Vivez la vie a votre rythme, surveillez votre montre (« Watch » en anglais !) et soyez heureux en tout temps (!)…
C’est tellement simple que si j’ai pu le faire, vous le pouvez aussi.
Et en route pour de nouvelles aventures sans stress,
Jacques

FIN DE L’ ANNEE 2013 !

fin du jour et de l'année !

Le soleil se couche !


Bonjour,
Une journée s’achève sur la photo et demain une année touche à sa fin…
Arrive le temps des bilans et des réflexions sur les 52 dernières semaines passées…
Sous peu, l’année 2013 ne sera plus qu’un souvenir de plus dans notre mémoire, je préfère dire dans nos mémoires. En effet notre cerveau est une merveilleuse machine à enregistrer des souvenirs parfois même à en inventer des vrais ou des faux et nous pouvons nous piéger nous-mêmes dans les errances de notre mental !
Je vous propose cette année de faire le tri dans vos souvenirs : ceux qui sont bons et agréables, conservez les bien au chaud tout au fond de votre cœur et ceux qui sont moins bons ou désagréables jetez les aux oubliettes dans le donjon de votre passé !
Ceci vous permettra de bien vivre en santé encore plus longtemps…
Pour 2014, essayez tous les soirs de faire le même processus, ainsi vous dormirez mieux et la vie sera plus belle pour vous et tous ceux que vous aimez et qui vous entourent.
Je vous embrasse sous le gui des druides (!)…
Jacques (modèle 2013)?