LA MÉMOIRE VISUELLE

Bonjour,
Je la place en premier car c’est notre sens le plus sollicité, il suffit de regarder un nouveau-né ou un jeune enfant pour constater l’avidité de leur regard, ils n’en perdent pas une miette jusqu’à ce que le sommeil aidant, le voile des paupières lourdes supprime toutes les stimulations visuelles.
Les premières impressions visuelles sont bien sûr les visages et les regards de leur entourage et même si cette idée ne fait pas l’unanimité, j’ai constaté que le regard de ces enfants ne se limite pas à ce que nous voyons, ils ont encore cette aptitude qui leur permet de voir les auras, les couleurs de cette énergie qui émane de notre complexe corps-mental. Nous ne pouvons pas mentir à un enfant car il voit ce que nous voulons lui cacher.
Par la suite tout devient sujet d’observation, la pièce, la maison, l’extérieur, la nature, les jouets, les animaux puis les livres et la télévision.
Nous enregistrons avec nos yeux plus d’images que n’importe quelle caméra et notre stockage d’images est illimité et c’est ainsi que se développe la reconnaissance des personnages et des lieux et si nous avons perdu leur identification ils se manifestent par l’impression de  » déja vu  »!.
Souvent les images sont accompagnées d’émotions qui peuvent se réveiller lorsque les images rementent à notre conscience.
Si ces émotions sont positives, c’est que du bonheur, mais lorsqu’il y a des émotions négatives nous pouvons être perturbés car nous ne comprenons pas toujours ce qui se passe.
Il est alors important de réaliser que notre mémoire visuelle a révélé en nous une émotion qui appartient au passé et que celle-ci n’est plus d’actualité.
Bien vu ?
Jacques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation