Category Archives: Conseils

BIEN AIMER POUR BIEN VIVRE EN SANTÉ

Bonjour,
Je l’aime ce titre, il est si simple, il ne coute pas cher et tout est la !
Dans la nourriture je vous ai parlé d’Amour, dans la communication, je vous ai parlé d’Amour et dans cet article, je ne vous parle que d’Amour !
Écoutez les chansons populaires, celles qui ont un succés que le temps ne peut détruire, il y est question d’une seule chose : l’Amour.
L’Amour inconditionnel, celui qui ne se monnaye pas, celui qui n’a pas besoin de « si«  ou de « mais«  !
L’Amour est gratuit, l’Amour est bon, l’Amour est généreux, l’Amour est fort, l’Amour pardonne, l’Amour est contagieux (une bonne maladie !), l’Amour est la solution, la seule solution a tous nos problémes.
Savoir aimer n’est pas une science, c’est la nature propre des êtres vivants, l’Amour est la Vie et la Vie est l’Amour.
Dans Amour il y a le mot Âme.
L’Amour n’est pas sale et l’Amour propre est le début de l’Amour véritable car qui ne s’aime point ne peut aimer son prochain.
Aimes ton prochain comme toi-même !
Les dauphins, qui utilisent leur cerveau deux fois plus que nous sont des êtres remplis d’Amour.
Les baleines sont des monuments d’Amour malgré leur disparition prochaine si nous ne les aimons pas plus.
Des millions d’êtres humains sont remplis d’Amour et ne savent pas ou plus l’exprimer et le manifester.
L’Amour est, l’Amour existe, a nous de le mettre en pratique au jour le jour avec nos proches, aves les autres personnes connues ou non, avec la nature et les animaux, avec ceux qui souffrent et qui ne recherchent que cette richesse : L’Amour qui reste tapi au fond de notre coeur…
Ne faites pas l’Amour…soyez l’Amour et votre vie sera belle.
Je le sais, je l’ai essayé ,
Jacques

BIEN COMMUNIQUER . . .

Bonjour,
Bien communiquer est un sujet devenu tabou dans des sociétés modernes, et c’est pourtant une question de survie.
Jacques Salomé mérite plus qu’un prix Nobel pour son ouvrage : «  Heureux qui communique «  !
Il dit que nous sommes des handicapés de la communication et cela se démontre tous les jours.
L’information est devenue de la désinformation, du mensonge, de la tromperie et le véhicule destiné a générer la peur.
Je vous ai déja dit que la peur n’est rien d’autre que l’absence d’Amour, que les despotes et les tyrans de tout acabit sont des êtres malheureux qui méritent toute notre compassion et la fin de notre soumission.
Déja les mouvements sociaux basés sur une bonne communication font plier la rigidité d’institutions totalitaires sourdes et aveugles.
Les responsables qui abusent de leur pseudo pouvoir sont montrés du doigt, disqualifiés et mis de coté et ceci est une preuve de l’amélioration de la communication, un encouragement dans le sens de mettre la communication au programme des écoles, des universités et de toute la planéte.
Le succés de la globalisation est intimement lié a un assainissement de la communication pour le bien-être de tout un chacun.
Bien communiquer se manifeste dans nos pensées, dans nos paroles et dans nos actes. Je vous remets en mémoire ce petit bijou dont je vous ai parlé l’an passé : Les accords toltéques ; que ce soit en livre ou en CD audio, je vous conseille de le placer a la vue de tout le monde a coté du petit livre de Jacques Salomé.
Si vous êtes des adeptes de réseaux « dits«  sociaux, soyez les premiers a les utiliser pour répandre des notions de communication vraie et sincére a la place de vous en servir comme poubelle et vecteur de haine ou défouloir de pensées négatives.
Bien communiquer pour bien vivre en santé !
Jacques

BIEN SE NOURRIR !

Bonjour,
En général nous pouvons constater que se nourrir est encore du domaine de l’utopie :
Une partie de la population ne dispose pas de nourriture en quantité suffisante et une autre partie de la population gaspille des quantités abondantes de nourriture de mauvaise qualité (agriculture poussée, traitée chimiquement et même modifiée génétiquement).
Des multinationales comme Monsanto, qui prétendent oeuvrer pour le bien de la planéte et de ses habitants sont dans le mensonge et dans l’erreur dans un seul but de profit financier.Il est temps de réagir au niveau personnel et de mettre de coté tous ces produits qui détruisent la nature.
Est-ce possible ?
Oui, en étant responsable et en choisissant ce qui est bon pour bien vivre en santé.
Oui, en ne cédant pas a la tentation de la nourriture vite faite, toute prête, congelée puis micro-ondée (l’expression elle-même fait peur !).
Oui, en retrouvant le plaisir et le temps des jardins potagers, en redonnant aux campagnes et aux agriculteurs biologiques la place qui leur est due.
Oui, en considérant le contenu énergétique des aliments qui composent nos menus quotidiens.
Oui, en permettant aux abeilles de polliniser les plantes et les fruits, donc sans les exterminer.
Oui, en conservant la qualité de l’eau que nous buvons et qui est indispensable a la nature.
Oui, en transformant nos habitudes alimentaires sur le plan de la qualité qui importe plus que la quantité.
Oui, en mettant de coté tout l’arsenal (terme militaire !) de modificateurs du gout, de produits de remplacement introduits dans nos plats.
Oui, en retrouvant l’importance du partage et de la convivialité.
Oui, en redonnant du poids a la quantité d’Amour introduite a tous les niveaux de l’agriculture, de l’élevage, de la distribution, de la préparation et du service dans la chaine alimentaire.
Est-ce que tout cela est de l’utopie ?
Non et je suis sur que vous avez vous aussi de bonnes idées pour enfin bien vous nourrir, au lieu de vous laisser pourrir la Vie !,
A bientôt,
Jacques

QUOI DE NEUF DOCTEUR ?

Bonjour,
Si vous avez lus mes derniers articles, vous aurez compris que l’avenir de la Médecine ne peut venir de la politique, ni des avocats, ni des médecins figés dans leurs acquis.
Heureusement les solutions existent et pour une fois, les personnes de base pour faire émerger ces solutions sont les bénéficiaires eux-mêmes des soins de santé pour soigner les maladies ou plus simplement pour pratiquer la prévention afin que tous puissent bien vivre en santé !
Les « patients« ne sont plus des patients et ils méritent de recevoir l’information et les connaissances nécessaires pour améliorer leur cadre de vie.
L’actuel fléau de la fiévre Ebola est un exemple choquant de l’inefficacité d’une médecine attentiste qui ne peut que s’isoler et compter les décés.
La prévention est indispensable pour éviter ce genre de débordement et comme le dit un vieil adage : « Mieux vaut prévenir que guérir !« 
La prévention coute moins cher que les médicaments et surtout elle est plus efficace.
La prévention se fait par le partage des connaissances a tous les niveaux et peut débuter a l’école qui forme les adultes et le personnel soignant de demain.
Déja, les étudiants en Médecine et de toutes les profesions de la santé disposent de moyens d’information qui s’ajoutent a leur formation.
La population en général est en droit de recevoir tous les moyens utiles et indispensables a la réalisation de ces objectifs.
Cela inclue un nouveau regard sur l’alimentation, sur les conditions de vie matérielle et sur l’environnement psychologique et émotionnel.
Bien se nourrir, bien se loger, bien communiquer et bien aimer seront les merveilleux outils de la santé globale planétaire, et j’ai foi dans les capacités de réaction des êtres redevenus HUMAINS…
A suivre,
Jacques.

LES POSSIBLES DE LA MÉDECINE

Bonjour,
Mon objectif n’est pas de dénoncer ou de détruire les institutions médicales, il est surtout de proposer, comme d’autres l’ont fait et le font encore, des voies et même des avenues pour permettre a de plus en plus de personnes de BIEN VIVRE EN SANTÉ !
En Médecine comme dans tous les domaines, TOUT est possible :
Reconnaitre ses erreurs ou ses errements et repartir sur des bases nouvelles.
En se cloitrant dans ses acquis le monde médical permet l’éclosion de médecines offrant le champ libre aux charlatans et aux sectes (constatation tristement quotidienne ).
La naiveté et la déroute des personnes malades est exploitée de façon éhontée sur le plan humain et sur le plan monétaire…
Il est possible pour la Médecine de changer ses habitudes, de sortir des sentiers battus et de se remttre en cause un peu plus souvent.
La peur des poursuites entraine des comportements conservateurs et les avocats qui sollicitent ces mêmes poursuites devraient retrouver l’éthique et l’honnêteté qui doit être la leur.
Les patients qui agissent ainsi doivent prendre leur part de responsabilité dans le malaise socio-médical et réaliser qu’ils sont en train de s’auto-détruire au niveau de leur santé pour quelques dollars de plus !
Il est grand temps d’établir un parteunariat, une alliance entre la personne soignante et la personne soignée.
Les solutions existent, le progrés est déja la, inexploité, mis de coté pour des raisons pas si obscures que cela !
Si vous, vous tous, souhaitez que les choses changent, devenez responsables, prenez-vous en charge et exigez d’être respectés par ceux qui vous conseillent et qui vous guident pour une santé meilleure,
A bientôt,
Jacques

LES LIMITES DE LA MÉDECINE ACTUELLE . . .

Bonjour,
Fort heureusement la Médecine a fait de gros progrés en 50 ans que je la pratique et ce n’est pas a moi de vous les communiquer, elle s’en charge réguliérement.
Les mentalités ont évolué dans le domaine de la santé et beaucoup de patients consultent leur médecin traitant aprés avoir consulté internet…et cela est trés bien ainsi !
Les freins a l’évolution de la profession médicale sont nombreux et surtout économique et politique, l’un n’allant pas sans l’autre pour des questions de profits financiers réciproques.
Les instances médicales sont gérées par des médecins reconnus pour leur expérience, même s’ils ne sont plus a la page et au courant des évolutions modernes comme cela se produit dans toute hiérarchie basée sur le pouvoir.
Il y a un fossé abyssal entre les preneurs de décision et les futurs médecins, tout ceci étant un constat de faits.
Les limites de la Médecine sont inclues dans son organisation et ses dogmes, non pas au niveau technique mais surtout au niveau de la philosophie et de l’ouverture d’esprit.
J’ai lu récemment que des expériences médicales auraient prouvé la télépathie (!) et la vie aprés la vie (?)…
Quelle négligence de ne pas reconnaitre la valeur des millions de témoignages sur ces deux sujets sous prétexte que ce ne sont pas des expérimentations dites hautement scientifiques, or la science utilise les statisques pour valider (?) des médicaments qui un jour seront (et sont déja ) retirés du commerce pour leur toxicité…
Pour sortir de son marasme et de ses couts exorbitants, elle va devoir s’ouvrir et renverser elle-même ses carapaces périmées afin de donner naissance a une médecine plus humaine et plus humaniste et c’est la le propos de cette série,
A bientôt,
Jacques

UN DEMI SIECLE . . .

Bonjour,
Quelle surprise, en remontant dans le temps pour faire suite a mon dernier article (Une prophétie pour la Médecine ), je constate que 50 ans sont passés depuis mes premiers pas a la Fac de Médecine de Nancy.
Je pensais pourtant que c’était hier, ou avant-hier au mieux !
J’ai ainsi connu une médecine qui se débattait contre la tuberculose, les maladies infectieuses, l’alcoolisme, la silicose des mineurs et qui ne savait pas encore ce qu’était le stress…
Les antibiotiques étaient tout nouveaux et je me souviens que dans les infirmeries militaires ( le sevice militaire était obligatoire ) il y avait deux poudres blanches : le bicarbonate de soude pour les problémes digestifs et le permanganate comme désinfectant.
Bien sur dans les cuisines il y avait le bon vieux bromure qui se cachait dans le café pour diminuer les ardeurs des soldats.
Le traitement de la tuberculose aboutissait souvent a une chirurgie et nous avions des patients qui venaient réguliérement pour se faire retirer quelques litres de liquide qui remplissait la place vide laissée par l’absence du poumon.
La cirrhose du foie décompensée faisait elle aussi apparaitre une grande quantité de liquide dans l’abdomen et nous devions retirer 4 a 5 litres de ce liquide qui constituait l’ascite.
Les maladies infantiles peuplaient les hôpitaux car les vaccins étaient encore en plein balbutiement.
Je réalise aujourd’hui tout le chemin parcouru et les progrés fabuleux qui se sont produits, par exemple pour la tuberculose qui nécessitait des mois de traitements avec la Streptomycine qui fut remplacée par la Rifadine qui guérissait une tuberculose en 8 (huit ) jours !
Quel médecin se souvient de la tuberculose ?
A bientôt,
Jacques

UNE PROPHÉTIE POUR LA MÉDECINE . . .

Bonjour,
Bien vivre en santé est a la fois une question de bon sens, de connaissances et de mise en pratique de beaucoup de choses dont je vous distille une partie infinitésimale !
Cela inclue aussi la Médecine qui est ma déformation professionnelle par vocation et aussi mon plus grand sujet de curiosité…
Dans les derniéres semaines, j’ai eu l’occasion d’écouter des conférences, de lire des livres et de visionner des DVD trés enrichissants.
J’ai aussi assisté au SIME, salon international du mieux-être de Levis tout prés de Québec.
Il y a dans mes derniéres découvertes des signes prometteurs de changements majeurs dans le domaine médical en particulier et dans le domaine public en général.
Je vais consacrer plusieurs de mes prochains articles a cette vision nouvelle qui représente non pas une révolution, mais une évolution souhaitable et attendue pour sortir du marasme de la santé de l’être humain.
Mon titre d’article n’est pas une facétie car j’ai constaté au long de toutes ces années que les sujets qui attisaient ma curiosité se retrouvaient dans la connaissance générale quelques années aprés que j’en ai pris connaissance.
Ce fait est intéressant car j’expérimente en avant-premiére des faits qui ne sont pas encores passés dans la pratique courante et qui deviennent plus communs aprés que leur efficacité et leur véracité aient connu un plus large éventail de témoignages !
Si vous êtes intéressés par cette nouvelle quête, je vous conseille de surveiller mes prochains articles dans les semaines a venir.
A trés bientôt,
Jacques

LUCY le FILM de Luc BESSON

Bonjour,
Je vous avais promis de vous donner mes impressions après avoir revu le film…
Et bien voilà, je l’ai vu…trois fois !
C’était important pour moi de bien approfondir le sujet et de ne pas manquer les messages symboliques qui s’y trouvent.
Tout d’abord il est clair qu’il s’agit d’un film de fiction basé uniquement sur les possibilités du cerveau, soit un organe physique qui permet au mental de communiquer. Cela étant il me semble intéressant de chercher à améliorer nos capacités cérébrales pour devenir de meilleurs communiquants, car comme le dit si bien Jacques Salomé dans un de ses livres :  » Heureux qui comunique ! ».
Nous sommes des infirmes ou des handicapés de la communication et ne serait-ce que 5 % ou 10 % de plus serait déja fabuleux.
Ce que le film démontre d’une manière fulgurante et exagérée peut être mis à profit pour rechercher à utiliser notre potentiel mental de façon plus efficace pour notre bien et pour le bien de tout le monde.
Le message principal est celui de la transmission de la connaissance et surtout de façon non-biaisée et non-censurée, ce qui n’est le cas dans aucun pays libre ou non ! Hélas…
La maffia de la drogue et toute la violence du film sont peu de choses à coté des violences cachées, sournoises et manipulatrices et surtout des auto-violences que nous acceptons ou que nous nous faisons continuellement.
Pour bien vivre en santé nous nous devons de combattre l’ignorance, de lever nos craintes et nos peurs, de quitter les prisons psychologiques dans lesquelles nous perdons toute notre énergie…
A bientôt,
Jacques

FAIRE OU DÉFAIRE . . .

Bonjour,
Voici notre troisième volet : FAIRE .
Certains se contentent d’être, d’autres veulent tout avoir (ou presque ) et les derniers sont sans arrêt à la recherche de ce qu’ils pourraient faire !
Pénélope faisait sa tapisserie le jour et la défaisait la nuit en attendant le retour de son époux et donc faire et défaire, c’est toujours travailler, être en activité !
Dans les familles ou les métiers se transmettaient de père en fils ou en fille, le parent faisait tout pour que son fils puisse faire à son tour et transmettre l’entreprise et son savoir-faire à sa descendance.
Les paresseux ne font rien, ils SONT paresseux.
Les procrastinateurs courrent après le temps et remettent au lendemain ce qui pourrait être fait le jour-même…
Les actifs agissent et se mettent à l’ouvrage dans toutes les directions, il deviennent rapidement stressés et cherchent ce qu’ils pourraient bien faire pour l’être moins !
Il y a des gens qui font beaucoup pour avoir plus !
Parfois il est bon de défaire, par exemple un noeud trop serré ne pourra être desserré que si nous savons faire les noeuds !
Parfois il faut faire et parfois il faut défaire.
Parfois il faut donner et parfois il faut recevoir.
Et toujours il faut être pour avoir ou pour faire…
En conclusion c’est l’être qui prime sur le faire et sur l’avoir, car a quoi bon faire ou avoir si nous ne sommes pas !
Quel est donc votre choix aprés ces explications ?