LE CONSENTEMENT

Bonjour,

J’ai lu le livre de Vanessa Springora qui porte ce titre et qui est paru en Janvier 2020. C’est un acte courageux qui vient confirmer les propos que Denise Bombardier avait tout aussi courageusement avancés dans l’émission  » Apostrophes  » envers un  » monstre  » dont je tairais le nom, ce dernier se permettant même outrageusement de tenter de discréditer l’auteure Québécoise qui ouvrait alors la boite de pandore.

Dans le livre Vanessa Spingora révèle comment elle a pris conscience tardivement du fait que dans son aveuglement d’adolescente elle ne pouvait avoir un consentement éclairé face à un pédocriminel qui n’en était pas à sa première victime, ce dont il se vantait avec arrogance dans ses écrits.

Plus loin que l’abus perpétré contre de jeunes adolescents et de l’absence de consentement de cette jeune fille de 13 ans, il me semble important de souligner un autre  » consentement  » coupable de la part de toutes les personnes qui admiraient ce dangereux prédateur pour les faits relatés dans ses écrits (conçus par un grand malade psychiatrique pour des lecteurs amateurs de pornographie sordide ).

Il est navrant de constater que cette attitude n’est pas limitée à un époque lointaine mais est encore présente de nos jours que ce soit dans la littérature, le cinéma et la politique. Combien de jeunes gens attirés par l’argent facile, la drogue, la prostitution, les réseaux dits sociaux et autres addictions voient leur vie brisée à jamais.

L’écologie ne se limite pas à la nature il est important également de pratiquer cette écologie relationnelle chère à Jacques Salomé . . .

Jacques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation